Visite du secrétaire général du Mouvement Démocrate

Mardi 29 octobre, Jean-Noël Barrot, Secrétaire Général du Mouvement Démocrate et Député des Yvelines, s’est rendu à Limoges pour rencontrer les adhérents de la Haute-Vienne. Lors de cette rencontre conviviale autour d’un repas, ont été abordés les principaux sujets de l’actualité : réforme des retraites, PMA, mais aussi projet de loi des finances et… élections municipales.

Plus tôt dans l’après-midi, le secrétaire général avait rencontré Emile-Roger Lombertie, Maire de Limoges, pour évoquer avec lui ses projets pour la mandature 2020-2026.

Lors d’une conférence de presse, en présence de Philippe Trampont, Président du Modem 87 et de Vincent Jalby, adjoint au Maire de Limoges et Chef de file pour les élections municipales de Limoges, le Mouvement Démocrate a fait le bilan de la mandature qui s’achève à Limoges.

Fort de ce bilan auquel les élus du MoDem ont contribué, la candidature Emile-Roger Lombertie est légitime et le Mouvement Démocrate de la Haute-Vienne souhaite continuer à travailler avec le Maire sortant dans l’intérêt de tous les Limougeauds.

Conférence sur les lois bioéthiques et fin de vie

La problématique de la fin de vie était au cœur de l’exposé du Docteur Frédéric Guirimand, à Limoges le 10 novembre dernier.

Venu à la demande du MoDem Haute-Vienne pour développer ce sujet difficile, sur lequel les conceptions diffèrent autant que les chemins de vie des auditeurs, il a su captiver la salle avec un discours avant tout humaniste.

Développant la question des différentes formes de souffrance liées à la fin de vie, il a mis l’accent sur la diversité des réponses à apporter, ouvrant des perspectives bien au-delà de la question de l’euthanasie. Il a bien sûr évoqué les réponses thérapeutiques sous leur forme médicamenteuse, mais aussi longuement insisté sur l’importance du lien social dans le projet que notre Nation va bientôt devoir porter : celle de la prise en charge de ses aînés.

En effet, le temps passe vite, et la question des lois de bioéthique fera bientôt l’objet de débats à l’Assemblée. C’est cette perspective qui a conduit notre orateur à évoquer la loi « Léonetti Claeys créant de nouveaux droits pour les personnes malades en fin de vie ». Ce texte qui date de 2016, porte en lui des réponses parfaitement adaptées à ces problématiques. Pourtant il reste encore aujourd’hui peu appliqué. Pourquoi ? Car la question centrale de la formation des personnels soignants et accompagnants reste à traiter (4 heures seulement sur tout un cursus de Médecine !). Le vieillissement de la population laisse pourtant peu de temps au corps médical : il est donc urgent d’accompagner les prises de conscience, et de former les personnels. Cerise sur le gâteau, l’accompagnement de la fin de vie pourrait constituer dans les années à venir un gisement important d’emplois.

En résumé, les moyens accordés au traitement de ces questions seront révélateurs du « Moi » profond de notre Société. Ce sera un rendez-vous à ne pas manquer.

Il reste difficile de livrer en quelques mots sur ce blog toute la richesse de cet exposé remarquable de justesse, de mesure et d’humanisme. De quoi réfléchir et faire réfléchir, sur un sujet souvent lourd et difficile à aborder.